Loi et détecteurs de fumée dans votre logement

La présence d’un détecteur de fumée dans votre logement peut se révéler vitale pour vous prévenir à temps, et vous fournir les précieuses secondes nécessaires pour vous mettre hors de danger. Depuis le 1er janvier 2016, ce petit appareil discret est même devenu obligatoire dans tous les foyers ! Comment mettre votre logement en conformité avec la réglementation ? Votre déménageur Movinga vous détaille ci-dessous l’essentiel à retenir.


Sommaire :

1 – Détecteur de fumée : une obligation dans chaque logement
2 – Qui est concerné ?
3 – Prix et modalités d’installation


Détecteur de fumée : une obligation dans chaque logement

Initialement prévue par une loi du 9 mars 2010, l’obligation d’installer un détecteur de fumée dans tous les logements est finalement entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Depuis cette date, vous devez donc posséder chez vous au moins un détecteur avertisseur autonome de fumée, ou « DAAF ». Dans le détail, la loi impose un détecteur de fumée par étage : autrement dit, il vous faudra en acquérir et en installer plusieurs si votre logement comporte plusieurs étages (maison individuelle, appartement en duplex…).

Ces appareils peuvent se trouver facilement en grande surface, dans les magasins de bricolage et dans un certain nombre de boutiques spécialisées. Vous avez le libre choix du modèle, dès lors que l’appareil est bien certifié « CE » et affiche une conformité à la norme NF EN 14604. Ces mentions garantissent l’efficacité du détecteur, et notamment sa capacité à alerter les habitants dès l’émission des premières fumées et à diffuser un signal sonore suffisamment puissant pour réveiller tout le monde.

Malgré le caractère obligatoire de la pose d’un DAAF, aucune sanction n’est pour l’instant prévue en cas de non respect de cette réglementation. Aucune autorité n’est par ailleurs prévue pour contrôler la présence de ces détecteurs.

Qui est concerné ?

L’obligation d’installation d’un DAAF concerne tous les logements sans exception. Il peut donc s’agir d’une maison ou d’un appartement, d’une résidence principale ou secondaire, d’un logement occupé par son propriétaire ou un locataire, d’une habitation vacante, etc.

Dans les logements en location, l’achat et l’installation du détecteur de fumée relèvent de la responsabilité du propriétaire, qui peut toutefois choisir de déléguer cette tâche au locataire, puis lui rembourser l’achat et l’installation du matériel en le déduisant du loyer. Il appartient en revanche au locataire de vérifier régulièrement le bon fonctionnement de l’appareil et de changer les piles. La présence et l’état du détecteur de fumée font l’objet d’un contrôle au moment de chaque état des lieux.

Prix et modalités d’installation

Le prix moyen d’un détecteur avertisseur autonome de fumée n’est pas excessif. Vous pourrez trouver dans le commerce des appareils parfaitement fonctionnels à partir de 15 ou 20 €. Il vous est bien sûr possible de choisir un modèle plus sophistiqué et plus cher pour augmenter sa durée de vie (les plus robustes peuvent fonctionner pendant dix ans).

Veillez à choisir l’emplacement du détecteur avec soin. D’une manière générale, il est recommandé de le placer à proximité des chambres à coucher, puisque c’est la nuit que les occupants du logement sont les plus vulnérables à un incendie. Fixez le bien en hauteur et proche du plafond, et plutôt au centre de la pièce, dans la mesure où les fumées ont tendance à stagner en hauteur. Évitez par ailleurs les sources potentielles de chaleur ou de vapeur d’eau, notamment la cuisine et la salle de bains.

En faisant appel à la plateforme de déménagement Movinga, vous pourrez organiser votre changement de domicile de A à Z avec un devis à tarif 100% garanti et de nombreuses options disponibles. De quoi vous libérer du temps pour réaliser l’état des lieux d’entrée avec le plus grand soin et vérifier le bon fonctionnement des détecteurs !